Les dirigeants de l’UE relanceront la coopération avec la Turquie – avec des réserves

Les dirigeants de l’UE ont convenu d’une relance «progressive, proportionnée et réversible» de leur coopération avec la Turquie en matière de migration et de commerce.

La décision a été prise lors d’une réunion par vidéoconférence du Conseil européen jeudi. Et cela a été fait alors que les tensions se sont atténuées à la suite des actions de provocation de la Turquie contre Chypre et la Grèce, membres de l’UE.

Le redémarrage se concentrera sur certaines questions clés telles que la migration et le commerce, selon une déclaration finale publiée par le Conseil européen.

En matière de migration, les dirigeants ont lancé un plan qui vise à maintenir en vie l’accord de 2016 avec la Turquie, qui a considérablement réduit l’arrivée de réfugiés sur les îles grecques. Alors que l’accord était initialement financé à hauteur de 6 milliards d’euros, il doit maintenant être reconstitué – et la Turquie accueille toujours environ 4 millions de réfugiés syriens. Le document final charge la Commission européenne de présenter une proposition «pour la poursuite du financement des réfugiés syriens en Turquie, ainsi qu’en Jordanie, au Liban et dans d’autres parties de la région».

Pour trouver le nouveau financement, les pays membres pourraient être invités à ouvrir leur portefeuille, selon plusieurs diplomates. L’un des diplomates a déclaré que la Commission envisageait de collecter environ 2,5 milliards d’euros au total auprès des États membres et de l’UE pour les trois premières années de financement.

Sur les questions économiques, la déclaration finale charge le Conseil de «travailler sur un mandat pour la modernisation de l’union douanière» qui relie économiquement l’UE et la Turquie. Mais le Conseil ne peut adopter le «mandat» qu’en suivant les «orientations supplémentaires» des dirigeants de l’UE.

Le texte a été revu à la baisse après que des pays comme Chypre et la Grèce aient soulevé des objections aux projets antérieurs qu’ils jugeaient trop souples.

Les deux pays sont en colère contre le comportement régional de la Turquie, un problème qui a mis à rude épreuve les relations de l’UE avec la Turquie – qui reste candidate à l’adhésion à l’UE.

En février de l’année dernière, par exemple, la Turquie a encouragé les migrants et les réfugiés à pénétrer de force dans l’UE via la Grèce. Les tensions sont devenues si tendues que la Turquie et la Grèce ont mis en place «un mécanisme bilatéral de déconfliction militaire» au sein de l’OTAN, auquel les deux appartiennent, dans l’espoir d’empêcher le conflit de la Méditerranée orientale de devenir incontrôlable.

Ankara a également contesté directement les droits de Chypre dans ses zones maritimes dans un différend sur les opérations de forage en mer.

Lors d’une réunion en décembre, les dirigeants de l’UE ont décidé d’imposer des sanctions à la Turquie pour les déploiements non autorisés de navires de forage en mer sur le territoire chypriote. Et ils ont chargé le haut diplomate de l’UE, Josep Borrell, de créer un rapport avec des options pour résoudre le différend.

Les ministres des Affaires étrangères de l’UE ont discuté de ce rapport lundi. Il comprend un «agenda positif», composé d’incitations à engager le dialogue, comme la modernisation de l’union douanière, mais aussi un «agenda négatif», qui menace de suspendre ces incitations et d’introduire de nouvelles sanctions.

La Turquie a jusqu’à présent repoussé les sanctions promises par l’UE, qui ne se sont pas concrétisées au milieu d’une offensive de charme d’Ankara et de la décision de la Turquie de reprendre les pourparlers exploratoires sur ses problèmes territoriaux avec la Grèce. Le pays a également relancé un dialogue sur la question de la réunification de Chypre, autre point de friction de longue date. Les pourparlers de réunification sont prévus fin avril à Genève.

Les responsables grecs se sont dits satisfaits du document.

« L’UE n’accorde pas de » chèque blanc « à la Turquie », a déclaré un responsable grec. «C’est un processus graduel, proportionnel et réversible. Toute mesure positive peut être annulée si la Turquie revient à un comportement délinquant. »

Nektaria Stamouli a contribué au reportage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *