Merkel: l’UE a «  probablement  » besoin de changements de traité, en particulier pour la politique de santé

La chancelière allemande Angela Merkel a déclaré mercredi qu’elle était disposée à apporter des modifications aux traités fondateurs de l’UE, en particulier dans le domaine de la politique de santé, et a exhorté le bloc à trouver des moyens de rendre sa politique étrangère plus efficace.

« Je pense que l’Europe a besoin de plus de compétences dans le domaine de la santé. Cela nécessitera probablement également des modifications des traités », a déclaré Mme Merkel lors d’un événement organisé par sa famille politique paneuropéenne de centre-droit, le Parti populaire européen, qui a discuté du potentiel. Réformes de l’UE qui pourraient également intervenir dans le cadre de la conférence sur l’avenir de l’Europe.

«J’ai toujours été ouverte aux modifications des traités si elles avaient du sens», a-t-elle poursuivi, ajoutant: «Ce n’est pas une fin en soi. Et vous pouvez aussi faire beaucoup de choses en coordonnant les politiques, au niveau intergouvernemental, mais cela rend certainement sens d’avoir également des compétences européennes pour certaines situations, notamment les pandémies. « 

Merkel a déclaré que l’Organisation mondiale de la santé avait déclaré à l’UE qu’elle ne devrait pas se considérer uniquement comme un marché unique en termes économiques, mais également en matière de politique de santé. « Idéalement, nous aurions toujours dû avoir une approche européenne uniforme des verrouillages, fermetures et autres mesures », a-t-elle déclaré. « Et c’est pourquoi je pense qu’il est juste que la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, déclare que nous avons besoin d’une politique de santé plus étroitement coordonnée, au moins pour ces risques sanitaires suprarégionaux – que ce soit au niveau intergouvernemental ou au niveau européen. . « 

La chancelière a également réitéré les appels précédents à la réforme des traités de l’UE dans le domaine de la politique de la concurrence afin de faciliter la création de soi-disant champions européens capables de rivaliser avec de plus grands rivaux de Chine ou des États-Unis.

Merkel a déclaré que l’UE pourrait également réformer la façon dont elle prend des décisions sur certaines politiques pour rendre le processus plus efficace, par exemple en changeant le seuil d’approbation de l’unanimité à une majorité qualifiée.

Elle a nommé spécifiquement la politique étrangère et le droit fiscal, en disant: « Vous devez réfléchir à ce que vous pourriez faire. »

Concernant la politique étrangère, Mme Merkel a déclaré qu’elle « avait fait des propositions pour un Conseil de sécurité européen composé d’Etats membres en rotation, qui peuvent alors toujours agir beaucoup plus rapidement sur une base ad hoc, et que l’unanimité peut également être abandonnée sur certaines questions ». Elle a toutefois averti que «nous devons certainement procéder avec un sens des proportions».

Alors que Merkel a salué le fait que l’UE avait fait preuve de force sur la scène internationale en s’accordant sur des objectifs climatiques unifiés, elle a critiqué le fait que « nous ne dégageons pas une bonne image » en matière de diplomatie vaccinale.

«Quand je vois que certains États membres utilisent le vaccin chinois ou russe sans avoir l’approbation de l’Agence européenne des médicaments, je ne pense pas que ce soit si bon», a-t-elle déclaré, faisant référence à des pays comme la Hongrie qui ont acheté individuellement des vaccins à Pékin et Moscou sans attendre l’approbation de l’UE.

« Si nous ne parlons pas d’une seule voix, nous ne pourrons pas parler avec force », a déclaré Mme Merkel. « Ce n’est pas ainsi que l’Europe se renforce. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *