L’Italie promet une société plus verte et plus juste dans le plus grand plan de récupération du coronavirus en Europe

ROME – Le Premier ministre Mario Draghi a révélé son grand plan pour le relèvement post-pandémique de l’Italie, axé sur la modernisation du pays en luttant contre le changement climatique et en créant une société plus égalitaire.

Le gouvernement italien a publié dimanche le plan de relance national le plus cher de l’Union européenne, avec 222,1 milliards d’euros alloués à des investissements liés à des réformes exigeantes demandées par la Commission européenne.

Draghi et ses collaborateurs n’ont eu que des semaines pour réécrire le plan après leur arrivée au pouvoir en février. Les différends sur la gouvernance et la qualité d’un projet antérieur ont fait tomber le gouvernement précédent.

La reformulation est allée directement au fil. Des réécritures ont retardé une réunion du Cabinet où le plan devait être présenté samedi, alors que l’Italie se disputait des détails avec Bruxelles.

Le paquet de subventions et de prêts de l’UE pour la prochaine génération fournira 191,5 milliards d’euros au plan de relance, faisant de l’Italie le principal bénéficiaire du fonds de l’UE. L’Italie empruntera directement sur les marchés pour lever 30,6 milliards d’euros supplémentaires pour des projets complémentaires qui ne correspondent pas parfaitement aux critères de la Commission européenne.

Le parlement italien examinera le plan cette semaine, avant la date limite du 30 avril pour le soumettre à la Commission européenne. Les premiers fonds pourraient être débloqués dès juillet.

Dans une introduction, Draghi a écrit que les propositions « font partie d’une stratégie plus large et plus ambitieuse de modernisation du pays. » L’Italie « doit allier imagination, compétence et efficacité » pour laisser les générations futures dans une meilleure position, a-t-il ajouté.

Draghi et la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, se sont entretenues par téléphone pour passer en revue les derniers détails, selon un responsable du gouvernement, Draghi cherchant à tirer parti de son expérience et de sa crédibilité en tant qu’ancien chef de la Banque centrale européenne pour obtenir l’approbation de Bruxelles. le plan.

La Commission était préoccupée par la concurrence complexe et les réformes fiscales, ainsi que par certains investissements, qui ne cadraient pas avec les priorités de transition verte de l’UE, telles que les autoroutes, a déclaré le responsable.

Le plan vise à remédier aux faiblesses structurelles de longue date de l’Italie, tout en stimulant la croissance. Il répertorie les investissements et les réformes structurelles sous six rubriques: transition écologique, numérisation, infrastructures, éducation et recherche, inclusion sociale et santé.

Parmi les projets ambitieux, citons l’introduction d’un accès Internet rapide dans tout le pays, l’extension du train à grande vitesse, la protection contre les tremblements de terre de millions de maisons et de bâtiments publics, ainsi que des plans de grande envergure pour la numérisation et l’amélioration de l’efficacité énergétique.

Les réformes comprennent la formation de la fonction publique aux compétences numériques et la réduction des délais de procès en justice civile, ce qui est considéré comme essentiel pour attirer les investissements.

Les plus grands bénéficiaires sont les femmes et les jeunes, a déclaré le bureau du Premier ministre, conformément à l’objectif du plan de créer une société plus égalitaire. Quarante pour cent des fonds seront alloués aux plus pauvres du sud.

Le plan comprend des projets innovants tels que la mise en place d’îles expérimentales autonomes en énergie et l’embauche de milliers de jeunes travailleurs avertis du numérique pour former les personnes âgées à l’utilisation des ordinateurs. Des propositions telles que l’affectation de 1,29 milliard d’euros à «l’économie spatiale et la technologie des satellites» peuvent soulever des sourcils à Bruxelles.

Le gouvernement affirme que le plan augmentera le produit intérieur brut de 3,6 points de pourcentage supplémentaires d’ici 2026.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *