La souveraineté européenne a perdu son plus grand champion

Mujtaba Rahman est le chef de la pratique Europe d’Eurasia Group et l’auteur de POLITICO ‘s Au-delà de la colonne Bulle. Il tweete à @Mij_Europe.

Emmanuel Macron est crédité d’avoir injecté le concept de «souveraineté européenne» dans le discours populaire dans un discours prononcé à la Sorbonne à Paris peu après son élection en 2017.

Depuis l’intervention du président français, il en est venu à être utilisé avec désinvolture par les experts en politique étrangère pour expliquer et justifier presque tout ce que l’Union européenne fait dans le monde – de son ambition d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2050 à son récent accord d’investissement avec la Chine.

Pourtant, alors même que le débat sur la «souveraineté» continue de faire rage, le plus grand champion de l’idée a tranquillement redéfini ce qu’il voulait vraiment dire – et abaissé tranquillement la base sur laquelle juger de son succès.

Depuis la Sorbonne, la définition de Macron de la souveraineté européenne a considérablement évolué, sous l’influence croissante de plusieurs conseillers informels – en particulier l’ancien ministre des Affaires étrangères légèrement eurosceptique, Hubert Védrine.

Ces jours-ci, lorsque Macron évoque l’idée, il est plus enclin à utiliser le mot «autonomie» que «souveraineté», comme l’a clairement montré son entretien au Grand Continent en novembre.

Ce n’est pas que de la sémantique. Cela suggère que Macron, sous l’influence de Védrine, est devenu plus pragmatique. Il admet désormais que la souveraineté nationale et la politique nationale devraient et domineront dans l’UE dans un avenir prévisible.

En pratique, l’idée de Macron d’une «autonomie européenne» s’est réduite à une poussée pour une augmentation des dépenses militaires européennes et une identité de défense européenne claire au sein de l’OTAN – par opposition à une volonté de créer un complément ou même un rival à l’alliance transatlantique, comme certains l’ont les commentaires sur la «mort cérébrale» de l’OTAN dans The Economist en 2019 signifient.

Alors que Macron avait espéré qu’une réponse commune de l’UE au coronavirus fournirait la preuve de ses idées en action, les problèmes initiaux avec le déploiement de la vaccination à l’échelle de l’UE, maintenant en grande partie corrigés, l’ont exaspéré, lui et son gouvernement.

Le président français s’est également quelque peu éloigné de sa «doctrine de la Sorbonne» d’origine en donnant moins d’importance dans ses récents commentaires à ses projets de renforcement et de «parachèvement» de la zone euro. Les progrès réalisés dans ce domaine, notamment le fonds de relance de 750 milliards d’euros, semblent l’avoir satisfait pour l’instant.

Et bien que beaucoup soutiennent que le récent accord d’investissement de l’UE avec la Chine est un exemple d’autonomie stratégique en action, la vérité est plus inconfortable: l’accord reflète une combinaison de mercantilisme cynique de l’UE combiné avec un désir de tirer parti de la puissance dure des États-Unis où les capacités de l’UE font défaut.

Même les ambitions les plus modestes de Macron en matière de défense restent une côte difficile à gravir. L’évolution de la pensée de Macron découle en partie de sa prise de conscience qu’en Allemagne, les démocrates-chrétiens conservateurs ne voient pas favorablement ses grandes visions et sont clairs que l’OTAN reste l’épine dorsale de l’infrastructure de sécurité de l’Occident.

En effet, le fait que l’autonomie stratégique soit considérée avec une profonde méfiance à Berlin – essentiellement comme un moyen pour la France d’essayer de dominer dans l’UE maintenant que le Royaume-Uni est parti – est probablement l’une des raisons pour lesquelles l’Elysée dilue subtilement ses ambitions.

Comme me l’a dit un haut responsable du gouvernement français: «Macron a peut-être raison de placer la défense et l’augmentation des dépenses militaires au cœur de son argument en faveur d’une Europe plus forte et plus politique, mais cela est inévitablement considéré dans d’autres capitales – en particulier à Berlin – comme une manière astucieuse. de mettre la France au centre de la table du haut.

S’il est probable que les Verts et peut-être les libéraux entreront dans le prochain gouvernement allemand et que les deux considéreraient favorablement bon nombre des idées de Macron, cela est tempéré par la reconnaissance croissante à Paris du fait que les chances d’Armin Laschet de remplacer la chancelière Angela Merkel pourraient également diminuer. . Markus Söder, dont les propres perspectives restent difficiles, est néanmoins l’un des principaux bénéficiaires des luttes récentes de Laschet et est davantage un atlantiste. Il serait donc plus réticent à embrasser les idées de Macron.

Une autre contrainte pour Macron est domestique. Mis à part sa popularité parmi les experts, il n’a pas encore implanté ses idées en France, et encore moins dans l’ensemble de l’UE. Au-delà du cercle de Macron, aucune de ses formulations – souveraineté ou autonomie européenne – n’est actuellement acceptée ou fortement promue par d’autres hommes politiques français.

La gauche est soit euro-hostile, soit liée à l’idée que l’UE devrait être moins orientée vers le marché, plus «sociale» et plus verte. Le centre-droit français est nominalement européen mais facilement distrait ou tenté par des arguments plus nationalistes et repliés sur soi. L’extrême droite est congénitalement europhobe mais s’est éloignée pour le moment d’un point de vue purement et simplement «Frexit». Alors que Macron est aux prises avec une troisième vague et une troisième «lumière de verrouillage», il est peu probable qu’il trouve le temps de diffuser ses idées dans le corps politique français.

Ensuite, il y a le fait que «l’autonomie» européenne a longtemps fait partie de la façon dont les politiciens français europhiles ont vu l’avenir de l’Europe – comme une «Europe puissance» avec un rôle central pour la France en son sein.

En 1962, Charles de Gaulle disait: «Qu’est-ce que l’Europe? Il doit servir à éviter d’être dominé par les Américains ou les Russes…. Si la France parvient à être la première des six… elle pourra manier ce levier d’Archimède. Elle saura diriger les autres. L’Europe est le moyen pour la France de redevenir ce qu’elle a cessé d’être à Waterloo: la première au monde.

En 2020, Macron a déclaré: «Je crois que la… voie à suivre est une Europe forte et politique. Pourquoi? Parce que je ne pense pas que l’Europe affaiblisse la voix de la France: la France… construit une action beaucoup plus utile et plus forte lorsqu’elle le fait à travers l’Europe.

La similitude est évidente même si l’accent est différent – plus véritablement européen dans le cas de Macron. Pourtant, le danger pour l’actuel président français est que d’autres Européens, à commencer par l’Allemagne, reconnaissent les schémas de pensée de De Gaulle dans l’argument de Macron.

Il y a aussi des problèmes dans l’UE au-delà de Berlin et de Paris qui vont à l’encontre de l’ambition de Macron. L’UE27 ne peut pas vraiment avancer dans tous ces domaines au sein de sa structure institutionnelle et décisionnelle existante, qui maintient la politique étrangère, et de nombreux autres domaines politiques de l’UE, comme une compétence nationale.

Enfin, Macron a longtemps cru qu’une action paneuropéenne finira par forger une identité paneuropéenne. Dans des discours et entretiens récents, il a décrit «l’autonomie européenne» non seulement comme une question de nouvelles politiques, mais aussi comme la création d’une «culture politique commune».

La première étape consiste à persuader les Européens de «penser européen» et d’intérioriser une croyance en des valeurs et des intérêts européens communs. Le reste, soutient-il, suivra. Il voit une politique de défense européenne plus forte – des forces armées partagées contribuant à promouvoir une identité commune – comme l’un des raccourcis pour générer cette conscience de soi européenne.

Telle est donc peut-être la contradiction centrale de l’autonomie stratégique. Comment l’UE peut-elle prendre des décisions communes et mettre en place les institutions pour le faire, lui permettant d’agir comme un bloc «autonome», avant qu’il n’y ait une conscience et un pouvoir politique européens pleinement établis et acceptés? C’est la poule et l’œuf au cœur de l’UE depuis le début.

Macron a soulevé la question. Il se peut enfin qu’il se rende compte qu’il n’a pas encore trouvé la réponse.

  • HOPPE Ensemble HOPPE Tokyo grand model CLE I pour cylindre européen finition F1 alu aspect argent 2834771
    Garniture complète en aluminium fondu avec piliers moulés et béquille double.Entraxe à 195 mm.
  • HOPPE Ensemble New York grand model type CLE I pour cylindre européen finition champagne - HOPPE - 3281944
    Ensemble en aluminium anodisé sur plaques fondues avec carré à montage rapide Hoppe.Entraxe : 195 mm.
  • Svens Girouette Chasseur avec son chien en fer forgé grand modèle
    Caractéristiques :Hauteur : 86 cmLargeur : 81 cm,Poids :2.5 kgModèle : chasseurPeinture de type epoxy, traitement haute températureQualité et finition : Découpe au laserGirouette vendue avec ou sans support Universel, au choixLa girouette de toit est un instrument de météorologie qui sert à connaître la

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *